[M-E 002] House of spirits > Turn of the tide

Aller en bas

[M-E 002] House of spirits > Turn of the tide Empty [M-E 002] House of spirits > Turn of the tide

Message  Kaptendonc le Dim 2 Avr - 20:03

HOUSE OF SPIRITS
“Turn of the Tide”

Gun/Drakkar 1994
style: Prog-Metal

[M-E 002] House of spirits > Turn of the tide House0ls

Il y a une douzaine d’années, on trouvait encore sur terre des gens qui ne s’étaient pas encore complètement remis de l’album “Operation Mindcrime” de Queensrÿche et qui se rongeaient le foie de ne pouvoir en sortir un pareil. Uwe Baltrusch, le guitariste de Mekong Delta, a ainsi eu l’idée de s’associer à deux ex-Jester’s March et d’embaucher le mega-batteur Jörg Michael (Running Wild, Axel Rudi Pell, Rage, Headhunter, Grave Digger, Stratovarius) pour former ce groupe éphémère dont le nom n’a rien à voir avec le roman homonyme d’Isabel Allende ni avec le film qu’on en a tiré: HOUSE OF SPIRITS, qui n’a sorti en tout et pout tout que deux albums, celui-ci étant le premier, mais incontestablement le meilleur. Difficile de ne pas faire la comparaison avec l’opus précédemment cité de la bande à Geoff Tate, car non seulement il se présente sous l’aspect d’un concept-album (dont je n’ai toujours rien compris à l’histoire et à la limite on s’en balance), mais encore il possède globalement un son qui rappelle assez le meilleur de Queensrÿche. On peut le rapprocher certainement aussi de Fates Warning, et même pourquoi pas de Dream Theater, qui a cette époque-là n’exerçait pas encore sa tyrannique influence sur la scène metalloprogressive avec le mortel sérieux que l’on connaît. Je serais facilement tenté d'affirmer que c’est meilleur que Dream theater, ou en tout cas plus supportable dans la longueur, moins technique et mieux équilibré. La voix d’Olaf Bilic est bien plus agréable et plus honnète que celle de James Labrie, et le jeu de guitare de Baltrusch est moins gratuitement démonstratif que celui de Petrucci, c’est à dire très thrash dans les riffs et brillant dans les soli, sans en faire des montagnes. L’ensemble fonctionne et s'articule plutôt bien, avec des passages accoustiques soignés, des envolées lyriques encadrées de breaks plus qu’anguleux et un sens de la mélodie qui capte l’attention de l’auditeur pour le maintenir dans un climat sonore unique dont la tention émotionnelle fluctue comme une mystérieuse substance extraterrestre artistiquement mêlée à l’atmosphère. On notera aussi une manière de combiner le chant et les choeurs qui a sûrement donné des idées à Edguy pour ses premiers albums, et à bien d’autres groupes du même genre. Même s’il n’est pas question ici de double-pédale, Jörg Michael en impose par son jeu eclectique surprenant, une vraie tempête de cymbales qui traverse l’album de ses vascillances cuivrées que la production met bien en avant. Le seul vrai reproche qu’on pourrait faire concerne le final, qui manque vraiment de consistance au point qu’on se demande si le groupe n’était pas un peu sous pression pour achever le travail d’une manière aussi brusque et plate. Dommage, mais ce “Turn of the Tide” n’en demeure pas moins l’objet de collection (“A lost prog metal treasure”, dixit BNR Metalpages) que tout amateur de ce style se doit d’avoir écouté au mois une fois avant de s’extasier devant n’import quoi, fut-ce un “Operation Mindcrime 2” qui sort en ce moment sans qu’on sache vraiment si c’est nécessaire, de même qu’un “Basic Instinct 2” ne va pas redonner à Sharon Stone plus de sex-appeal qu’elle n’en a perdu.
Kaptendonc
Kaptendonc
Diplomé
Diplomé

Nombre de messages : 541
Localisation : partout
Date d'inscription : 17/09/2004

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum