[M-E 002] Dictators > Bloodbrothers

Aller en bas

[M-E 002] Dictators > Bloodbrothers

Message  Kaptendonc le Mar 31 Jan - 0:04

THE DICTATORS
“Bloodbrothers”

(Elektra/Asylum 1978)
Style: Hard-Rock, Proto-Punk, Pré-Metal, semi-culte



Bien avant qu’il ne revêtisse un slip en peau de castor pour s’illustrer au sein de MANOWAR, le guitariste Ross“The Boss”Funicello faisait partie d’un funeste combo new-yorkais au nom aussi provocateur que tristement annecdotique: the DICTATORS, dont le style oscillait entre un hard-rock crépu caractéristique de la fin des seventies et un punk-rock balbutiant qui venait d’éclore précisément à cette époque-là pour exploser de la manière que l’on sait. Mais tandis que les Ramones et les Dead Boys en étaient encore à étudier la position de leurs doigts pour activer les 3 accords de base, les Dictators avaient l’avantage d’être d’assez bon musicos et d’avoir dans leur line-up, en plus du fameux Ross, des gars qui avaient vraiment envie d’en découdre, comme par exemple cet ancien roadie et champion de catch Handsome Dick (=jolie bite) Manitoba qui tenait le micro, ou le bassiste Mark Mendoza (qu’on retrouvera plus tard chez les Twisted Sisters), le second guitariste Scott “Top Ten” Kempner, ainsi que l’ex-rock-critic Richard Meltzer et surtout le claviériste (et éditeur d'un Fanzine subversif) Andy Shernoff qui signe pratiquement toutes les compositions, et dont l’humour noir et la désinvolture underground constituaient la principale amphétamine pour emporter le groupe vers des sommets de violence hallucinée. Ainsi “Faster and Louder”, le 1er morceau de l’album donne bien le ton: riffs d’acier, rhytmique plombée, soli stridents et vocaux sentencieux qui s’éloignent déjà des parodies de Beach Boys (“California Sun”) qu’on retrouvait sur le 1er album “Go Girl Crazy!”, et les centres d’intérêt initiaux liés au catch, à la TV, aux fast-foods ou aux grivoises virées en bagnoles ont déjà fait place à des thèmes plus sérieux et pessimistes (“No Tomorrow”, “What it is”, “Slow Death”) ou carrément plombo-hymniques (le fabuleux “I Stand Tall” au refrain inoubliable) qui prophétisent mine de rien l’arrivée d’un Heavy Metal aux accents survirils. “Borneo Jimmy” ou “The Minnesota Strip” sont plus proche du son de Detroit (MC5, Stooges) et “Baby let’s Twist” prend l’aspect d’un Pump-Rock presque caricatural (il y a même l’ami Bruce Springsteen qui vient y faire des backing vocals), mais cela n’empêche pas l’ensemble de l’album de sonner très cru (enregitré aux trois quarts en situation Live) et d’être littéralement possédé par une ambiance de crépuscule banlieusard, à l’image de la pochette et du titre, qui suggèrent une rivalité entre gangs de quartiers chauds, avec à la clé une solidarité consanguine évoquant plus ou moins les films d’Abel Ferrara, mais là j’extrapole un peu. Ce qui semble étonnant par contre c’est son insuccès flagrant, au point que le groupe a dû splitter peu de temps après, alors que la scène US tendait semble-t’il davantage à s’émulsifier vers un post-punk de boites-de-nuit marqué par un déhanchement monotone et intello à la Talking Heads ou un pogotage californio-anticonsumeriste à la Dead Kennedys, bref nos pauvres vieux Dictators devaient paraître un peu barbares dans tout ça, ou carrément à coté de la plaque. Reste qu’avec du recul il n’est pas déplaisant de (re)découvrir la chose avec nos avides oreilles de maintenant, et même si celles-ci sont sujettes au fatal envoûtement des productions soft et méga-époussetées, elles ne manqueront sans doute pas d’apprécier la pure décharge d’énergie cryptoélectrique de cet album craquant comme le papier d’alluminium autour d’un vieux sandwich qui vous tient compagnie sur un quai de gare désert un soir d'hiver.

J'ajoute qu’après plusieurs reformations et changements de line-up, les Dictators, ou ce qu'il en reste, sont toujours vivant et se produisent parfois dans des festivals ou improvisent des concerts assez incandescents à l’attention de leurs fans de la première heure. Ils ont même enregistré un nouvel album il n’y a pas si longtemps:
http://www.thedictators.com/
Kaptendonc
Kaptendonc
Diplomé
Diplomé

Nombre de messages : 541
Localisation : partout
Date d'inscription : 17/09/2004

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum