[M-E 002] Hammers of misfortune > The august engine

Aller en bas

[M-E 002] Hammers of misfortune > The august engine

Message  Kaptendonc le Sam 28 Jan - 19:09

HAMMERS OF MISFORTUNE
“The August Engine”

Cruz Del Sur 2002 / Tumult 2005
Style: heavy-doom épique et progressif

=

Je ne me serais certainement jamais intéressé à cet album si je n’avais pas vu par hasard sa reédition en vinyle avec une très belle pochette (ci-dessus à droite) qui n’a vraiment rien à voir avec celle de la version CD plutôt quelconque (ci-dessus à gauche), c’est vous dire si l’artwork a une importance pour mes choix d’albums. Ce dessin de John Cobbett, chanteur et guitariste du groupe, s’éloigne en effet assez des clichés du Metal pour laisser supposer que la musique qu’il illustre fera preuve de la même originalité artistique, malheureusement ce n’est pas tout à fait le cas. Certes, il y a de très beaux passages, semi-accoustiques, doomesques et puissammment bien ambiancés, avec d’adroits arpèges de guitare et une voix féminine assez poignante (“insects”, “The Trial ant the Grave”), mais il y a également des morceaux qui tournent en rond et s’empêtrent dans un mélange de styles (Speed, Thrash, Dark-Prog ) dont on a du mal à saisir le véritable intérêt (“The august Engine Part1”, “A Room and A Riddle”), au point qu’on a presque l’impression d’avoir affaire à une petite collection d’essais infructueux, d’improvisations poussives et de tentatives bâclées visant à remplir l’album juste parce qu’il le faut bien. Pourtant le potentiel est présent, les idées aussi, on ressent même un certain plaisir à entendre enfin quelque chose qui ne ressemble pas du tout à ce à quoi la scène scandinave nous a conditionnés (et pour cause, le groupe vient de San Francisco et deux de leurs membres font également partie de The Lord Weird Slough Feg qui fait un genre de True-Metal celtique assez particulier), mais il manque toujours quelque chose de suffisamment convainquant pour casser la baraque autant qu’on est en droit de l’attendre. J’aime bien la voix de Cobett et son jeu de guitare impétueux, le rythme à la fois syncopé et calé dans des mélodies tout de même bien reconnaissables, mais sur la durée il y a comme des manques et des faiblesses, parfois même des lourdeurs pompières et pathétiques, notamment sur le dernier morceau de plus de onze minutes. Ce n’est que le deuxième album du groupe, et j’ai vu sur leur site qu’un troisième est en préparation, donc il nous est permis d’attendre une suite évolutive, en espérant que ces fameux “marteaux de la malchance” ne retomberont pas encore une fois à côté du clou.
avatar
Kaptendonc
Diplomé
Diplomé

Nombre de messages : 541
Localisation : partout
Date d'inscription : 17/09/2004

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum