Type O Negative > Bloody kisses

Aller en bas

Donnez une note à cet album :

0% 0% 
[ 0 ]
50% 50% 
[ 1 ]
50% 50% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 2

Type O Negative > Bloody kisses

Message  jol le Sam 6 Sep - 23:10

En voilà une mutation intéressante. Du très spécial (et excellent) Slow, deep and hard au Bloody kisses qui nous intéresse ici, il y a eu virage à quatre-vingt-dix degrés. Pas à cent quatre-vingt... non... juste quatre-vingt-dix... on pourra relever autant de changements spectaculaires que d'idiomes persistants. Commençons par ces derniers. La voix claire de Peter Steele, immédiatement identifiable, des graves sensuels aux montées gluantes (hum) Les riffs lents à la "doom", même si j'ai honte d'employer un terme si cher à mes yeux pour décrire des passages chiants et monolithiques. Le basse bien présente et les rythmes d'un pataud assumé. L'ironie. La légèreté dans la lourdeur et le contraire. Et maintenant voici les changements : plus d'hymne hardcore pour supporters de foot, plus de vocaux beuglés, plus de folie... et place à un pur metal atmosphérique de toute beauté dont les choeurs béats célébrent la bite et le minou. En même temps, de la bite et du minou, il y en avait déjà avant ("I KNOW you're FUCKing someone elllllllllsss'")

Les compos sont joliment ficelées, elles coulent toutes seules avec cependant quelques surprises, notamment des changements de ton allant souvent vers plus de mysticisme / spiritualité / profondeur et plus de dérision à la fois. On a à la fois une certainte linéarité pesante qui met dans de bonnes dispositions, autant qu'une bonne paire de cuisses bien chaude, et des partitions relativement riches. Il y a juste deux petits soucis. Premièrement les passages chiants sont vraiment chiants et plus nombreux à mon avis que sur Slow, deep and hard ou sur October Rust. Il est vrai que sur Slow, deep and hard, c'était parfois vriament dur d'entrer dedans (hum), plus qu'ici en tout cas (re-hum), mais en échange on avait droit à un paysage sonore vraiment hors norme. Le deuxième truc embêtant, c'est October Rust.

Je n'ignore pas qu'il y existe un concensus chez les métalleux virtuels qui consiste à penser que Bloody kisses est meilleur que son successeur parce qu'il est plus brut, moins sophistiqué. Et puis après un tel album, la surprise du suivant est forcément moindre. Surtout quand on se souvient des débuts du groupe. La musique de Type O, ce serait donc avant tout Bloody kisses. Bloody kisses serait leur chef d'oeuvre. Hé bé oui mais non. Moi pas d'accord. October Rust n'est pas seulement un album plus sophistiqué, ce qui n'est effectivement pas un progrès en soi. Il est avant tout plus varié, infiniment plus osé et plus dynamique, pour ne pas dire plus performant. Un seul titre, le dernier, tient du "doom" chiant, et encore, il est si beau... Et puis sur Bloody kisses, il n'y a pas de Wolf moon, pas de Die with me, et, surtout, pas de Love you to death, tout juste un Christian woman sans aucun génie en comparaison. Oui mais en revanche il y a l'excellentissime Black No. 1. Ah zut. Pas de chance. Finalement, rien que pour ce titre, vous allez devoir l'acheter quand même...

_________________
Ma plus récente chronique:
http://www.dernierechroniquedejol.net
avatar
jol
Yveul Miaou
Yveul Miaou

Nombre de messages : 976
Date d'inscription : 03/08/2004

Voir le profil de l'utilisateur http://www.fearlessundeadwebzine.com

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum