loudmouth

Aller en bas

loudmouth Empty loudmouth

Message  Kaptendonc le Dim 1 Avr - 20:35

LOUDMOUTH
S/T

Hollywood rec.1999
Style:Heavy Rock Stoner

loudmouth Loudsk0

Par cette vivace lumière d’avril qui traverse avec le vent des milliers de pétales de fleurs de magnolias et dessine des arc-en-ciels verticaux sur la coulée d’huile que je déverse d’un geste précis dans le moteur de ma voiture au capot ouvert comme un bec de pélican, a-t-on réellement et avec la plus grande conviction envie d’écouter du Doom aussi tristement mammoutheux que les conglomérats de poussière qui ont durant tout l’hiver échappé à l’aspirateur dans certains angles de sous les sièges ? Evidemment non, et la vie est belle dès qu’on met le nez dehors, tout a l’air si léger, nonchalent et désuet, avec des motos fraichement astiquées qui vrombissent aux carrefours et des grappes d’enfants qui reviennent du MacDo du coin en se disputant des portions de frites aussi ruisselantes d’huile que mon vieux diesel, quoi de meilleur comme bande-son pour tout ça que ce Loudmouth des familles que je n’avais plus écouté depuis un bail et qui me permet en outre d’ouvrir une petite parenthèse: c’est drôle comme les avis divergent, à l’époque j’avais lu dans la revue Hard Rock une chronique totalement désastreuse qui réduisait cet album et ce groupe à une vraie soupe en boîte, soit disant que tous les morceaux avaient déjà été joués cent mille fois ailleurs par d’autres groupes qui les avaient déjà pompés sur d’autres...etc, bref l’argument classique et facile pour déscendre en quatrième vitesse un de ces albums qu’on n’a pas eu le temps d’écouter.

Mais il se trouve que dernièrement j’avais vu sur Peacedogman.com que Loudmouth était classé parmi les 10 meilleurs albums sortis dans l’année1999, soit juste en seconde position après le premier Dillinger Escape Plan, ce qui m’a plutôt rassuré. Maintenant que je reécoute le CD je me dis qu’ils n’ont pas vraiment tort chez Peacedog’, cet album est un genre de must, comme une synthèse de tout ce qui pouvait se faire d’encore bon à la fin d’un millénaire à bout de souffle avec des influences Kyuss, Metallica et Alice In Chains, et de l’originalité quand même. Le premier morceau déboule comme une benne de bulldozer dans un champ de pissenlits: “When the sun’s gonna shine today, when the rain’s gonna go away, well I think I’m gonna fly today...” oui ce sont les lyrics, et si l’on jette un bref coup d’oeil à la photo du groupe dans le livret, on devine facilement que les mecs sont plus défoncés que des sacs de foin tombés d’un tracteur, ce qui ne les empêche pas de jouer bien et avec une euphorie communicative, c’est finalement tout ce qu’on leur demande, genre c’est le printemps les gars, montrez-nous un peu ce que vous savez faire, on a besoin de se changer les idées, comme on dit. Et ça marche, tous les morceaux ont une pêche du tonnerre du diable, avec des vraies mélodies, des refrains dignes de ce nom et des soli qui dégagent. Et puis le final du dernier morceau est tellement sophistiqué qu’on dirait que Gershwin est ressuscité dans la demie-heure précédent l’enregistrement. Que dire de plus ? Que ce groupe de Chicago a de toute évidence été victime d’une injustice majeure qu’il est grand temps de réparer, les tympans aux aguets et le nez profondément plongé dans les bacs de tous les disquaires de la région où l'on a le malheur d'habiter.
Kaptendonc
Kaptendonc
Diplomé
Diplomé

Nombre de messages : 541
Localisation : partout
Date d'inscription : 17/09/2004

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum